· 

Les effets secondaires de la nouvelle formule n'ont toujours pas été démontrés

Nous avons juste envie de dire à ce "spécialiste en endocrinologie" :

 

- non, le Levothyrox n'a pas été modifié pour des raisons de stabilité, mais pour en faire un médicament ME TOO, car le brevet de Merck arrivait à expiration. Ainsi, le brevet, après changement de formulation, peut être renouvelé sans aucun problème.
Procédé pour le moins malhonnête quand on sait que Merck avait jusqu'à ce jour le monopole en France.

- quand vous listez les malades de la thyroïde qui n'ont pas besoin d'un médicament supplétif (maladie auto-immunes comme Hashimoto, qui détruit la thyroïde) on a juste envie de lui dire qu'il aille plutôt apprendre la plomberie puisqu'il est endocrinologue sans connaitre l'importance de la glande thyroïde. Ou mieux, compte tenu de son âge, qu'il aille plutôt à la pêche. 

- les malades de la thyroïde ne sont pas plus fragiles, ni émotionnellement ni physiquement que des personnes non atteintes. Nombre d'entres eux/elles ont des postes importants en entreprise, dans la fonction publique et beaucoup sont des travailleurs indépendants ! Elles ont juste une pathologie qui mérite un supplétif médicamenteux comme pour toute autre maladie.

Merci à Europe 1 de cette interview qui permettra à nombre de malades de la thyroïde de fuir ce spécialiste. 


Nous vous laissons juger des liens d'intérêts de Monsieur Bouchard avec Merck