· 

Levothyrox : le ministère de la Santé n'établit pas de lien avec les décès

La ministre de la Santé Agnès Buzyn se défend des accusations portées par l’hebdomadaire Ebdo. En cause, des décès "cachés" liés à la nouvelle formule du Levothyrox,

Alors que le nombre de plaintes pour effets secondaires s’est multiplié depuis la mise sur le marché de la nouvelle formule du Levothyrox, la ministre de la Santé a fait savoir que le médicament ne serait pas la cause des quatorze décès enregistrés par la base de pharmacovigilance. Comme l’expliquait l’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM), près de 14.842 signalement ont été saisis dans cette base nationale, dont quatorze décès, mais aucun lien n’était confirmé.

 

La ministre de la Santé, Agnès Buzyn, s’est rendue sur le plateau de BFM TV pour déclarer que "l’analyse des quatorze décès montre qu’il s’agissait plutôt de personnes très âgées, avec beaucoup de pathologies et qui prenaient beaucoup de médicaments. Aujourd’hui, il n’y a pas de lien établi entre les décès et le Levothyrox. Il n’y a pas le moindre signal inquiétant." Elle se défend ainsi des accusations portées par l’hebdomadaire Ebdo, qui révélait, avant que l’ANSM ne donne plus de précisions, le décès de treize personnes suite au changement de formule du médicament en mars dernier.

 

Quatre alternatives

 

Alors que près de trois millions de patients sont soignés par Levothyrox en cas d’hypothyroïdie ou après une opération du cancer de la thyroïde, il est normal que, sur les 50.000 personnes qui meurent chaque mois en France, "il y en a qui prennent du Levothyrox", affirme la ministre. Mais à la question "la nouvelle formulation du Levothyrox a-t-elle entraîné des variations hormonales qui auraient pu contribuer à ces décès ?", Le Figaro répond qu’il est impossible d’affirmer une causalité avant d’avoir les résultats de l’analyse en cours, prévus pour le mois de janvier. 

Actuellement, les patients malades de la thyroïde disposent de quatre alternatives au Levothyroxpour se soigner :

  • le Thyrofix, du laboratoire Unipharma,
  • l’Euthyrox, ancienne formule du Levothyrox, du laboratoire Merck,
  • la L-Thyroxine en gouttes, pour les enfants et les personnes ayant des problèmes de déglutition, du laboratoire Serb,
  • et la L-Thyroxine Henning, du laboratoire Sanofi.

Madame Buzyn a-t-elle lu attentivement l'article d'Ebdo ? Pas certain ! Le voici !

Nous, nous avons lu et zoomé sur les 2 derniers paragraphes... et nous en déduisons que même à l'ANSM ils ne sont pas d'accord... 

CQFD


Écrire commentaire

Commentaires : 1
  • #1

    tapalahonte (jeudi, 07 décembre 2017 16:14)

    "La ministre de la Santé, Agnès Buzyn, s’est rendue sur le plateau de BFM TV pour déclarer que "l’analyse des quatorze décès montre qu’il s’agissait plutôt de personnes très âgées, avec beaucoup de pathologies et qui prenaient beaucoup de médicaments"

    - le moins que l'on puisse dire c'est qu'elle n'a aucun respect pour les personnes âgées !
    traduction : ils sont vieux donc c'est normal qu'ils meurent !
    Ces personnes prenaient beaucoup de médicaments sauf que le "nouveau" lévothyrox a dû être la goutte en trop ! ! !

    (ma voisine prend plusieurs médicaments, elle a 92 ans et je suis bien contente qu'elle n'ait pas besoin de lévothyrox !)


    "pas le moindre signal inquiétant"

    Je rêve ou j'ai mal lu ?
    Nous avons à faire à un monstre ! ! !
    Au bout de combien de morts va- t-elle brancher son signal ?