· 

L'état de l'ANSM au premier semestre 2016 inquiétant pour les prises de décision !

Crise majeure à l'Agence du médicament

Alors que des postes importants sont vacants, une déclaration du directeur de l'ANSM a mis le feu aux poudres.

Sauf en plein cœur de la tempête Mediator, jamais l'Agence du médicament n'avait connu pareille situation. «C'est simple, l'ANSM est décimée, résume un haut responsable. Le navire prend l'eau de partout.» La nouvelle réorganisation mise en place après la crise du Mediator par Dominique Maraninchi, prédécesseur de l'actuel directeur, Dominique Martin, est très largement responsable de cet état de fait.

 

Aujourd'hui, la liste des postes vacants donne le vertige, non seulement en raison de leur nombre, mais également à cause de leur importance. Ainsi, il n'y a actuellement plus personne au poste pourtant clé de l'évaluation. Cette spécialité permet de dire qu'une molécule chimique est un médicament, qu'elle est plus efficace que dangereuse, à la fois avant et après sa commercialisation. Ce service stratégique n'a donc ni directeur, ni adjoint. Même absence totale de direction au service de la communication. Le dernier directeur, qui venait de l'Institut Curie après avoir passé trois ans chez Novartis, n'est resté que six mois.

 

Par ailleurs, la représentante de l'agence au Prac, le comité européen de pharmacovigilance (chargé de vérifier les effets secondaires), a elle aussi claqué la porte. Au département de la surveillance - le service qui analyse comment sont utilisés les médicaments -, l'un des deux directeurs adjoints a plié bagage au mois d'avril, et, vendredi, trois personnes de cette même direction ont annoncé en même temps qu'elles présentaient leur démission: le chef du pôle de pharmacovigilance, le référent grossesse et le référent bénéfice risque. L'un des agents de pharmacovigilance quitte l'ANSM pour rejoindre le laboratoire Pierre Fabre. La commission de déontologie de la fonction publique va devoir examiner ce passage du public au privé.

 

Contexte très tendu

 

«Les gens partent, car il n'y a plus aucune cohérence, plus aucun projet clair», raconte un membre de l'ANSM. Un autre ajoute: «La situation est catastrophique, car la vacance de tous ces postes signifie que la ministre de la Santé ne contrôle plus rien en matière de politique du médicament en France. Elle est incapable de savoir ce qui se passe sur le territoire, tant en termes de sécurité que de contrôle des médicaments disponibles. Or c'est elle, la responsable !» S'il revient à l'Europe de donner les autorisations de mise sur le marché, l'évaluation scientifique des dossiers est encore suivie par les États membres. De son côté, Dominique Martin l'assure: «L'agence est un organisme vivant, les gens bougent, ce n'est pas étonnant.»

 

Dans ce contexte très tendu, la phrase prononcée mercredi par le patron de l'agence lors de la journée du conseil scientifique n'a pas du tout plu à la quinzaine de participants, c'est le moins que l'on puisse dire. À la fin de la présentation des ressources humaines, Annick Alpérovitch, la présidente du conseil scientifique, interroge le directeur de l'agence. Elle lui demande poliment pourquoi il n'a pas été fait mention du travail des scientifiques. Réponse de Dominique Martin, selon trois témoins: «Nous sommes une agence technico-règlementaire, nous n'avons pas besoin de scientifiques de haut niveau.» Un membre du conseil se demande pourquoi les épidémiologistes Annick Alpérovitch et Mahmoud Zureik, directeur de la direction scientifique, n'ont alors pas présenté sur-le-champ leur démission.

 

Expertise approfondie

 

Dans les statuts de l'agence, il est pourtant bien écrit qu'elle «a pour objectif de garantir le suivi des produits de santé sur l'ensemble de leur cycle de vie, avant et après commercialisation. Elle vise à maintenir une expertise approfondie qui s'appuie sur les différents métiers (...) que sont l'inspection, le contrôle en laboratoire, l'évaluation, la surveillance, les domaines juridique et réglementaire.» Bref, de faire bien plus que seulement de l'administratif et du réglementaire. Dépité, un membre de l'agence conclut: «Nous ne sommes plus aujourd'hui que la caisse enregistreuse de l'industrie pharmaceutique.» Contacté par Le Figaro, Dominique Martin fait de la sémantique en expliquant que «dans “technico”, il y a “scientifique”».

 

Créée en 1993, l'agence avait vu le jour après le scandale du sang contaminé. Pour de nombreux observateurs, elle a surtout servi à protéger les hommes politiques des éventuelles futures affaires. En février 2011, entendu par la commission du Sénat à propos du Mediator, Didier Tabuteau, premier directeur de l'agence, avait tenu à rappeler l'ambition de l'agence: «doter notre pays d'un service public de sécurité sanitaire».


Le mot du VNLO

Cette situation pose question quant aux décisions prises pour la modification de formulation du Levothyrox.  

 

"Le progrès dans les sociétés secrètes supérieures consiste en ceci : un peu plus de perversité mieux organisée sans cesse ajouté à l'héritage de la secrète organisation des perversités anciennes."

 

Paul Copin-Albancelli



Écrire commentaire

Commentaires: 2
  • #1

    sécuritepourqui (vendredi, 22 décembre 2017 07:22)

    La vocation première du "gendarme" de la sécurité sanitaire consiste à changer de nom à chaque scandale :
    - Agence du médicament = sang contaminé
    - AFSSAPS = médiator
    - ANSM : = lévothyrox
    - ? ? ? ?

    Que dire d'une coquille vide ?

    écran . . . bouclier . . . pare-chocs . . . bouc émissaire . . .

  • #2

    stephane (vendredi, 22 décembre 2017 07:47)

    ANSM = Attention Nouveau Scancale Médicament