· 

Comment Buzyn s'appuie sur les réseaux sociaux pour promouvoir les 11 vaccins obligatoires

Il est assez étonnant de constater que l'effet Nocebo transmis par utilisation des réseaux sociaux ne s'applique qu'aux citoyens lambdas. 

Il semblerait que la Ministre de la Santé Agnès Buzyn soit protégée quant à elle, du méchant virus NOCEBO.
L'équipe VNLO


Pour faire basculer l'opinion publique, la ministre de la Santé fait appel à des Youtubeurs chargés de "décrypter les idées reçues sur les vaccins".

 

Agnès Buzyn est prête à livrer bataille. Alors que l'entrée en vigueur des onze vaccins obligatoires (au lieu de trois) sera effective à partir du 1er janvier pour les enfants nés en 2018, la ministre de la Santé sait les difficultés qui l'attendent. Car la mesure est loin de faire l’unanimité au vu des nombreux détracteurs qui s'y opposent. Ainsi, selon un sondage paru en juillet dernier, 56% des Français ne sont pas favorables à cette mesure.

 

Dès lors, il s’agira de convaincre l’opinion. Pour ce faire, Agnès Buzyn a décidé d’adopter une stratégie numérique, raconte L’Opinion. "Toute une série de documents ont déjà été réalisés pour expliquer la mesure, le fonctionnement des vaccins, leurs sécurité et le nouveau calendrier vaccinal pour les tout-petits. Ils sont disponibles, comme les vidéos d’experts, sur le site vaccination-info-service.fr", rappelle le quotidien.

Appel aux Youtubeurs

Mais face aux anti-vaccins, le travail de persuasion se fait également sur les réseaux sociaux. À cet égard, le ministère de la Santé a fait appel à des Youtubeurs influents. Ces derniers ont "réalisé et diffusé des vidéos sur le sujet", écrit encore L’Opinion qui ajoute que "les actions à destination des particuliers, des professionnels de santé et des spécialistes de la petite enfance vont redoubler à compter de début janvier".

Les Youtubeurs Julien Ménielle, de la chaîne Dans ton corps, et Bruce Barnamran, de la chaîne E-penser, ont notamment proposé des vidéos à la demande du ministère de la Santé pour "décrypter les idées reçues sur les vaccins".

 

Source : BMF TV 26/12/2017