· 

Benoît Vallet a quitté la Direction Générale de la Santé. Remplacé par le Pr Jérôme Salomon

Bonjour

 

De la rigueur froide du bloc aux douces moquettes des cabinets ? La rumeur circulait depuis quelques semaines. Elle est officielle à la lecture du compte-rendu du conseil des ministres de ce 3 janvier 2018.

 

« Sur proposition du Premier ministre Benoît Vallet, professeur des universités – praticien hospitalier, est nommé conseiller maître à la Cour des comptes (tour extérieur), à compter du 8 janvier 2018 ;

 

« Sur proposition de la ministre des solidarités et de la santé Jérôme  Salomon  professeur des universités – praticien hospitalier, est nommé directeur général de la santé, à compter du 8 janvier 2018. »

 

On gardera du Pr Benoît Vallet le souvenir d’un parcours sans faute à la tête d’une administration hautement exposée – un parcours parfois courageux en matière de réduction des risques tabagiques en dépit de l’obscurantisme de sa ministre de tutelle. Un anesthésiste devenu expert en politique de santé publique. Nous en connaissons qui le regretterons. Voici ce qu’écrivait de lui Le Quotidien du Médecin il y a quatre ans :

 

« Après quelques semaines de flottement, Marisol Touraine a enfin trouvé son directeur général de la santé (DGS). Il s’agit du Pr Benoît Vallet, responsable de la clinique d’anesthésie-réanimation de l’hôpital Jeanne de Flandre au CHRU de Lille, président de la CME, et président de la collégiale française des enseignants d’anesthésie-réanimation. Il vient d’être nommé directeur général de la santé en conseil des ministres, ce mercredi 23 octobre 2013.

 

Agé de 55 ans, Benoît Vallet, après des études de médecine à Paris-Ouest, a été diplômé de la faculté de médecine de Lille en 1990. Il a ensuite été chef de clinique en anesthésiste-réanimation, puis praticien hospitalo-universitaire au CHRU de Lille.

 

Après une thèse d’université en 1994 et une habilitation à diriger des recherches en 1996, il est devenu professeur des universités – praticien hospitalier en 1998. Il a pris en 2005 la responsabilité de la fédération d’anesthésie-réanimation du CHRU de Lille, puis celle du pôle en 2010. Membre de la CME depuis 2001, il en a été élu président en 2011 et siège au directoire du CHRU. Il est également membre de la commission régionale de la santé et de l’autonomie du Nord – Pas-de-Calais. »

 

Homme de bloc

 

Le Pr Jérôme Salomon ? En mars 2001 il avait été nommé conseiller technique « encéphalite spongiforme bovine » au cabinet du ministre délégué à la santé, Bernard Kouchner, fonction qu’il a occupée jusqu’en mai 2002. Il est ensuite retourné à l’hôpital de Garches, où il est devenu président du comité de lutte contre les infections nosocomiales (Clin) en 2004. Il a quitté l’établissement en décembre 2010 pour devenir conseiller pour les projets internationaux du président de l’Institut Pasteur (jusqu’en janvier 2011), puis directeur des projets internationaux de cette structure (jusqu’en janvier 2013).  Il a également présidé le Syndicat national des spécialistes de santé publique de 2007 à 2010.

 

Titulaire d’un diplôme d’études spécialisées en santé publique, d’un DEA « Système de soins hospitaliers » et d’un diplôme d’études spécialisées complémentaires de pathologie infectieuse et tropicale, il avait déjà été conseiller dans des cabinets ministériels – dont celui Marisol Touraine. Il avait ensuite rejoint un poste de praticien à l’hôpital Raymond-Poincaré de Garches.

 

Ainsi va la vie sanitaire et politique. Un homme de bloc remplacé par un homme de cabinet.

 

A demain

 

Source : Le blog de Jean-Yves Nau, journaliste et docteur en médecine le 3/01/2018


L'auteur :

Jean-Yves Nau a été instituteur, docteur en médecine puis journaliste au Monde pendant 30 ans, en charge des questions de médecine, de biologie et de bioéthique. Il est le 1er titulaire de la chaire “Journalisme et santé publique” de l’EHESP pour l’année universitaire 2010-2011.

 

Jean-Yves Nau est également chroniqueur médical et scientifique sur le site Slate.fr.