· 

Levothyrox : deux avocats toulousains s'attaquent à la forteresse Merck

Deux avocats toulousains sont en pointe dans le combat judiciaire qui oppose des malades de la thyroïde, souffrant d'effets secondaires de la nouvelle formulation du Levothyrox, au laboratoire Merck. Deux hommes avec un parcours et une stratégie radicalement différents.

Ils sont deux à être en pointe dans le combat judiciaire qui oppose des malades de la thyroïde au laboratoire Merck. Le premier, Me Jacques Lévy, 73 ans, a notamment obtenu l'acquittement de Jacques Viguier dans la mystérieuse affaire de la disparition de sa femme. « Dans le dossier Levothyrox, notre souci c'est la rapidité, que les malades obtiennent rapidement leur médicament (l'ancienne formule) », explique-t-il. Aussi a-t-il choisi « l'option originale du référé ».

Pour Me Levy, le dossier Levothyrox est un véritable « scandale sanitaire ». L'avocat tempête contre « le prétendu effet nocebo » derrière lequel s'abrite Merck : comment les malades peuvent-ils développer un effet d'autosuggestion alors « qu'ils ignoraient qu'on avait changé leur médicament ? ».

Il a choisi « l'action en référé » pour répondre à la situation d'urgence des patients dont certains vont s'approvisionner à l'étranger où l'ancienne formule est toujours en vente.

10 000 inscrits dans son action collective

 

Le second, Me Christophe Lèguevaques, 50 ans, a assigné le groupe allemand à Lyon, où Merck a son siège français, dans le cadre d'une action collective pour « défaut d'information » et « préjudice d'angoisse ». Après sept années dans un grand cabinet parisien, Christophe Lèguevaques est entré à Toulouse dans les dossiers des irradiés de Rangueil, AZF, des lasagnes trafiquées à la viande de cheval...

Après un « sévère râteau » à la primaire socialiste, il part s'installer à Pondichéry (Inde) pendant 2 ans. À son retour, il décide de s'attaquer « aux actions collectives ». Fustigeant la lourdeur de la loi Hamon sur les « class action à la française », il ouvre un cabinet virtuel, MySMARTcab, un portail permettant à des personnes de s'agréger à une action « pour le prix d'une paire de chaussures ».

Près de 10 000 personnes se sont inscrites depuis dans cette action collective contre Merck pour « défaut d'information » et « préjudice d'angoisse ». Le 26 janvier, devant le TGI de Paris il va demander un référé expertise, pour étudier « les effets indésirables rapportés » par les patients.

« Objectif atteint » pour Me Lévy

 

De son côté, Me Lévy, estime avoir « atteint (son) objectif » en obtenant le 14 novembre à Toulouse la condamnation des laboratoires Merck. Le juge des référés avait ordonné aux laboratoires de délivrer « sans délai » l'ancienne formule du médicament à 25 patients de Haute-Garonne. Une décision assortie d'une astreinte de 10 000 euros par jour.

Merck a fait appel, de ce jugement. Depuis, les juges de Saint-Gaudens (Haute-Garonne, le 26 décembre) et de Toulouse (le 11 janvier) n'ont pas suivi le premier jugement de Toulouse et ont débouté les malades estimant qu'il n'y avait « plus de défaut d'approvisionnement », précise Me Lévy.

Cependant, l'avocat se prépare à d'autre actions en référé, à Castres puis à Tarbes.

« Fin 2018, Merck a décidé d'arrêter de produire l'ancienne formule. Nous allons faire la preuve que le produit n'est pas disponible », menace Me Levy, signifiant que la guerre de position contre le laboratoire n'est pas encore finie.