· 

Le Billet de Sylvie Chéreau

Cher tous, 

 

Le dernier trimestre a vu son lot de joies et de déceptions aussi. 

 

Je savais, nous savions, au VNLO, que la bataille ne serait pas facile et aujourd'hui, plus que jamais, nous savons que nous ne lâcherons rien. 


Pourquoi une telle détermination ? 


D'abord parce que nous sommes tous au fait de l'actualité. 
La semaine passée, nous avons eu l'occasion de suivre l'actualité Lactalis et les laits pour bébés contaminés à la salmonelle... 

 

Nous remercions infiniment tous nos responsables politiques pour leur fermeté dans ce dossier qui a vu le jour le 2 décembre dernier (il y a 6 semaines). 

"la sécurité sanitaire des consommateurs n'est pas négociable"

Bruno Le Maire - Ministre de l'économie

La voix du gouvernement a toutefois souligné que "l'argent n'achète pas tout"

et qu'il faudrait établir les "manquements".

Benjamin Griveaux - Porte Parole du Gouvernement

« Si des sanctions doivent être prises, elles seront prises »

Emmanuel Macron - Président de la République

 « dysfonctionnement majeur » 

« On doit avoir des explications sur les moyens qui ont été mis en place, pourquoi

il restait des produits qui auraient dû être retirés de la vente dans les

rayons des magasins. Il leur faut trouver les moyens pour

que ces situations ne puissent se reproduire »

Stéphane Travert - Ministre de l'Agriculture

"Je suis à vrai dire extrêmement étonnée. Je découvre cette information aujourd’hui par la DGCCRF (répression des fraudes) qui a mené 2500 contrôles sur le territoire"

"Il y aura des suites"

""Je crains que nous trouvions des choses étonnantes chez Lactalis"

"Je ne suis pas sûre que cela soit suffisant s'il y a eu des défauts dans la chaîne

de surveillance. Il faudra en tirer toutes les conclusions"

Agnès Buzyn - Ministre de la Santé

Madame Buzyn indique que pourtant, des courriers d'obligation de retrait des produits incriminés ont été envoyés soit du Ministère de la Santé, soit du Conseil de l'Ordre des Pharmaciens le 2 décembre 2017.
Il semblerait que les méthodes de communication du Ministère et du Conseil de l'Ordre des Pharmaciens ne soient pas performantes. 

En tous cas pas davantage que les courriers des laboratoires vers les médecins et les pharmaciens.

de gauche à droite : Marielle Klein, Sylvie Chéreau et Marine Martin

J'ai évoqué le sujet vendredi dernier à Paris, en présence de Marine Martin (Dépakine), association APESAC et Marielle Klein (Essure), association R.E.S.I.S.T.E., avec lesquelles j'étais conviée à une interview média.

L'unité de fabrication Lactalis est en France, à Craon dans le département de la Mayenne. 

Les services d'hygiène et de sécurité auraient donc dû contrôler cette unité de fabrication de façon régulière, d'autant qu'elle avait déjà été contaminée en 2015.

Je trouve absolument navrant que la vie de bébés ait pu être mise en jeu par négligence alors que la traçabilité des laits infantiles aurait du permettre plus d'efficacité. Je suis maman moi aussi. Je peux comprendre l'angoisse des parents. 

Et puisque nous parlons de traçabilité, la question se pose sur la traçabilité des médicaments. 
Pourquoi n'est il pas possible de savoir où sont fabriqués nos médicaments en France ? 

Sur le moindre emballage alimentaire, on trouve des indications de provenance et de traçabilité.

En ce qui concerne le Levothyrox nouvelle formule par exemple, nous aimerions savoir où est fabriqué notre médicament.

D'où viennent les excipients ?

Qui contrôle les processus de fabrication, les normes d'hygiène et de sécurité ? 

 

Ce sera notre prochaine bataille. 

 

Pourquoi ce "flou" sur les médicaments ? 

Se pose maintenant une autre question : Pourquoi continuer de nier la souffrance des malades de la Thyroïde qui disent subir des effets indésirables depuis des semaines, des mois... 
Le principe de précaution ne pourrait il pas être appliqué ? 

 

Nous y reviendrons... 

En attendant, je vous invite à réfléchir pour que la Santé de TOUS soit préservée, à tous les âges. 

 

Sylvie Chéreau


ATTENTION

Si vous voulez écrire au VNLO, merci de le faire par email victimesnouveaulevothyrox@gmail