· 

Communiqué du 21 janvier 2018 du Dr Nicolas Bouvier

Je relis les lettres que m’ont adressé Christiane, Jocelyne, Annie, Françoise, Marie - José, Antoine, Michelle, Françoise, Hélène, Monique, Suzanne, Nadine, Françoise, Jean – Pierre et Mireille, Pascale, Sylvie, Claudine, Christiane. 

Tous ces témoignages, sincères et détaillés, relatent la même histoire. Des malades souffrant d’une pathologie thyroïdienne et prenant du Levothyrox depuis des années sans aucun problème. Puis, en 2017, leur vie bascule. Ils ne comprennent pas ce qui leur arrive. Des symptômes étranges, graves transforment leur état physique. Les consultations chez le médecin se multiplient de même que les examens. Sans succès ni réponse à leur détresse. 
Beaucoup de ces patientes et patients vont faire, souvent par hasard le lien, entre la nouvelle formule du Levothyrox et leurs troubles. Ils vont changer de traitement, pour certains dans des conditions très difficiles, avec des médecins traitants qui ne comprennent pas la demande de leurs patients. 
Dès qu’ils n’ingèrent plus le produit ‘’ nouvelle formule ‘’ commercialisé par Merck Kgaa, leur état de santé s’améliore progressivement.

La démarche médicale est fondée sur un recueil d’éléments diagnostiques. Ceux-ci sont liés à l’entretien avec le patient , son examen clinique. Il est important de tenir compte de l’ensemble des événements qui ont pu affecter son état de santé. Il peut s’agir de différents facteurs auxquels il convient de penser durant la consultation. Parmi ceux-ci, l’exposition à un produit toxique n’est jamais à exclure. Il peut être notamment d’origine alimentaire, mais peut se trouver partout ailleurs. Nous vivons dans un monde pollué, chacun le sait. 
La démarche diagnostique est donc scientifique. Elle cherche à comprendre ce que le patient peut présenter comme tableau pathologique. Le médecin est donc un homme qui doute et qui cherche. Il s’interroge.

Face à la nature anormale des troubles présentés par les patients qui prenaient du Levothyrox nouvelle formule, je me suis donc posé des questions. Une d’entre elles est devenue centrale pour moi dès octobre 2017 : Pourquoi les patients ont-ils des troubles aussi graves ? 
Cette notion d’intensité m’a amené à rechercher la présence de dérivés toxiques présents dans certains lots de cachets. 
J’ai donc demandé des expertises toxicologiques des cachets dont je disposais. Ces expertises m’ont été refusées par les laboratoires de toxicologie de deux centres hospitaliers publics spécialisés dans ce type de dosage, que j’ai personnellement contactés. 
Mais, j’observe qu’un magistrat du Tribunal Administratif de Montpellier vient de demander la nomination d’un expert pour réaliser une expertise médicale sur le Levothyrox. La ministre de la santé s’était opposée à cette expertise et l’ANSM y était en revanche favorable. 
Cette décision judiciaire ouvre une brèche supplémentaire dans le mur qui est dressé depuis le début de cette affaire pour empêcher la manifestation de la vérité. 
C’est donc la persévérance des victimes, comme dans tout les scandales sanitaires majeurs depuis l’affaire du sang contaminé, qui réussira à faire aboutir à la mise en cause des responsables des malversations, abus et délits qui compromettent de façon régulière la santé des françaises et des français.

Je ne fais pas partie de la catégorie des hommes que l’on peut impressionner ou acheter pour quelques milliers d’euros. 
Je vous remercie toutes et tous, vous, les nombreux malades, les femmes et les hommes qui m’adressent, dans leurs multiples messages, sur les réseaux sociaux, leurs courriers à mon cabinet, un soutien et un encouragement constant qui me touche et m’honore.

Je garde le cap.

A bientôt

 

Docteur Nicolas Bouvier


Écrire commentaire

Commentaires : 5
  • #1

    nicole Noël (lundi, 22 janvier 2018 09:34)

    MERCI!
    oui,la question est bien là:pourquoi nous marteler que ce médicament est parfait sans jamais proposer d'analyses devant les effets indésirables ravageurs?
    pourquoi nous faire taire et discréditer notre parole?
    pourquoi tant de difficultés pour avancer vers la vérité?
    au nom de quoi refuser une analyse ?
    du fric bien sûr!
    courage à vous ,on comprend bien ce que vous traversez pour nous soutenir...

  • #2

    Tisserant Annick (lundi, 22 janvier 2018 10:51)

    Merci .
    laissez moi vous exprimer mon émotion . Vous représentez pour nous ,malades incompris- es une espérance folle que tout va se résoudre et que nous pourrons reprendre une vie normale .
    Je souhaite que personne ne vous fera de "misères" . Irène Frachon a toute mon admiration et vous lui ressemblez dans votre approche de la médecine . Merci d'être ce que vous êtes et courage à vous .

  • #3

    Seddik (mercredi, 24 janvier 2018 19:56)

    Je vous félicite de votre démarche , mon médecin me dit ç Est Dans votre tête les effets secondaires pourtant je prends levotyrox depuis 30 ans aucun problème jusqu'au NF , je suis désespérée merci bon courage

  • #4

    Girin Véronique (lundi, 29 janvier 2018 19:51)

    J'ai pris ainsi que ma fille ce poison pendant des mois jusqu'au point où étant tellement malade avec des douleurs et fatigue que je ne comprennais pas.
    Personne n'a réagi et plus ça allait plus je sentais mon corps mourir. J'ai donc décidé d arrêter cette saleté et j'ai retrouvé dans ma pharmacie 10 jours de l ancienne formule du levothyrox pour ma fille.
    Quand à moi je suis restée sans jusqu'à il y a 4jours .
    Je prends du l tyroxine et j angoisse à l idée de revivre la même chose.

  • #5

    Laborde (mardi, 06 février 2018 19:05)

    bravo pour votre probité et votre perspicacité !
    Je suis absolument persuadée que vous avez raison de chercher à faire analyser les comprimés de la nouvelle formule.
    Je partage cette publication pour que cette bouteille à la mer ous aide à trouver un labo.Si toutes les bonnes volontés mutualiser leurs relations, nous trouverons LA bonne personne !
    Ne capitulons pas !
    SVP , VOUS qui lisez ce message... partagez !