· 

L’ancienne formule du Levothyrox ne passera pas 2018

Me Christelle Mathieu, avocate valenciennoise, et François-Xavier Huvelle, pharmacien à Trith-Saint-Léger, ont été reçus ce mardi après-midi au ministère de la Santé pour demander le retour de l’ancienne formule du Levothyrox. Ils sont ressortis déçus. L’ancienne formule a vécu. Place à un nouveau médicament. Sous peu.

  

Christelle Mathieu, accompagnée par une consœur avocate du sud de la France, et François-Xavier Huvelle, pharmacien à Trith-Saint-Léger, est ressortie un peu «  paf  » de son rendez-vous au ministère de la Santé. «  La conseillère de la ministre nous a expliqué qu’il n’était pas possible de revenir à l’ancienne formule puisque le médicament n’a plus de brevet et d’autorisation de mise sur le marché suite à une décision de l’Europe. Ce n’est donc juridiquement pas possible  », relate Me Mathieu. Les stocks sont suffisants pour tenir cette année. Pas au-delà. La pétition lancée par l’avocate pour le retour de l’ancienne formule en est à 8 166 signatures.

Pour répondre aux inquiétudes des patients dont certains sont toujours victimes d’effets indésirables, «  des investigations complémentaires vont être menées dont un test en double aveugle  ». Les patients ne sauront pas s’ils prennent l’ancienne ou la nouvelle formule. Les premiers résultats de ces tests sont attendus en fin d’année.


Écrire commentaire

Commentaires : 24
  • #1

    VIDAL (mercredi, 14 février 2018 10:23)

    A QUI FAIRE CONFIANCE?????

  • #2

    Annick (mercredi, 14 février 2018 10:42)

    Dans un article "pourquoi docteur" du 8 février 2018,

    Le Pr BERGMANN répondait à la question du test en double aveugle :
    "qui aura le courage ou la folie de faire cette étude et qui accepterait d’y participer ?"

    Qui effectivement parmi les personnes qui ont vu leur vie basculer à cause du nouveau lévothyrox voudrait une seconde fois servir de cobaye au risque d'y laisser définitivement
    sa peau ?
    Il serait suicidaire de participer à cette étude, sachant que de nombreuses
    personnes sont encore très fragilisées à ce jour suite à tous les dérèglements
    engendrés par la nouvelle formule.

    Après avoir fait une expérimentation à l'échelle nationale, pourquoi vouloir tester
    une deuxième fois ?
    La France serait-elle devenue le terrain de jeu des laboratoires avec l'approbation
    des autorités Françaises ?

    Les mois passent, le mystère du lévothyrox s'épaissit, là où la logique
    aurait voulu qu'il s'éclaircisse.

    Que craignait Le Pr Bergmann en parlant de "folie" et de "courage" ?





  • #3

    annie (mercredi, 14 février 2018 10:53)

    Jusqu'où iront-ils pour anéantir les victimes du nouveau lévothyrox ?

  • #4

    alain (mercredi, 14 février 2018 10:56)

    "suite à une décision de l’Europe" ? Fake news ?

    "Ce n’est donc juridiquement pas possible" encore un faux prétexte ?

  • #5

    pierrette (mercredi, 14 février 2018 11:11)


    Après des mois d'interrogations, de questions sans réponse, de solutions inexistantes,
    je n'ai pas trouvé d'autres explications :

    Ils veulent nous tuer ?!

  • #6

    nicole Noël (mercredi, 14 février 2018 11:14)

    oui,l'enfumage continue,avec un aplomb renversant!
    Au contraire, certains disent que la formule tombant dans le domaine public pourrait-être exploitée par un autre fabricant...
    les lois européennes ou françaises sont tirées à hue et à dia,comme ça arrange nos décideurs...

  • #7

    mimi (mercredi, 14 février 2018 11:22)

    Pour ne pas tuer la poule aux oeufs d'or,
    ils tuent le scandale du lévothyrox dans l'oeuf !

  • #8

    jérémy (mercredi, 14 février 2018 11:28)

    Un tel acharnement pour tuer la Vérité, montre à quel point " l'affaire" est grave !

    Que font les journalistes ?

  • #9

    virginie (mercredi, 14 février 2018 11:33)

    On veut "cobatiser" les lévothyroxés jusqu'à ce que mort s'ensuive !

  • #10

    Mélanie (mercredi, 14 février 2018 14:08)

    Encore des fake news montés de toute pièce par ce gouvernement complètement vendu aux lobbies pharmaceutiques !!! Ils voudraient encore nous prendre pour cobayes! Ça va se terminer dans la rue comme en 1789! Où est la DÉMOCRATIE?

  • #11

    Dominique (mercredi, 14 février 2018 15:42)

    C'est quoi cette histoire de test en double aveugle ?

    Qui a fait cette demande de test ?

    Que pensent les associations d'une telle procédure ?

    Les analyses toxicologiques sont refusées mais quand il s'agit
    d'utiliser des cobayes cela ne pose de problème à personne ?



  • #12

    sylvie (mercredi, 14 février 2018 15:52)

    Des essais ... >Mais à qui profite ces essais ? Ca va on n'a pas demandé à faire parti du protocole de mise sur le marché de cette nouvelle formule. Il faudrait déja qu'ils aient l'honneteté de nous remettre le rapport des essais cliniques, avant la mise sur le marché de ce nouveau levothyrox . A moins que ces essais thérapeuthiques sur des volontaires je dis bien "volontaires"rémunérés en fonction, ne soient pas très fiables. Mais au fait ils ont fait des essais ? Si oui nous voudrions bien savoir...

  • #13

    Christine (mercredi, 14 février 2018 16:27)

    C'est nous qui les avons fait les essais !

    A notre insu !
    Gratuitement !

    Cela fait froid dans le dos quand on y pense.

    Le rapport des essais, je le connais : malade comme un chien pendant des mois !





  • #14

    gérard (mercredi, 14 février 2018 17:42)

    Si tous les gens s'associaient, nous n'en serions pas là !
    lévothyrox, 11 vaccins, personnel hospitalier etc . . . Tous dans la rue !

    Le divisé pour mieux régner ça fonctionne à notre détriment.

  • #15

    Francoise Beaumel (mercredi, 14 février 2018)

    Malade comme un chien depuis le mois de juillet 2017. Je subis toujours les effets secondaires. La fatigue est toujours là, les insomnies aussi et pourtant j'ai tout arrêté depuis le mois de novembre. Il faut que Merck soit condamné pour " mise en danger de la vie d'autrui " je dirai même pour empoisonnement. Le profit, toujours et encore voilà où ça nous mène. Dégoûtée

  • #16

    henriette (jeudi, 15 février 2018 07:04)

    Ils pourront faire 36 000 études que cela ne changera rien.
    Si ce sont toujours les mêmes acteurs qui "expertisent",
    les résultats et les rapports seront biaisés et inexacts.
    Tout ceci ressemble à nouveau à de la poudre aux yeux !

    Dans quel but ? gagner du temps ?
    "Les premiers résultats de ces tests sont attendus en fin d’année" ?
    On dirait que tout était déjà orchestré avant les récentes réunions à Paris ?

    "sont attendus" ? Il y a déjà des cobayes sur le pont ?
    Selon certaines personnes, elles seraient toujours malades en ayant switché avec l'Euthyrox ? Ca pose question ?


    Dans l'intérêt de qui ? Merck ?
    Pour parfaire sa formule ? Oups . . . Elle est "trop pure" selon le Doc Morre !


  • #17

    fabienne (jeudi, 15 février 2018 08:35)

    Test en double aveugle ?

    Il faudrait être extrêmement sot pour espérer une issue favorable !
    Cette "expérience" confirme le rejet total des effets indésirables déclarés !

  • #18

    danielle (jeudi, 15 février 2018 10:47)

    Je viens de lire un témoignage sur Le Club de Médiapart
    9/02/2018 - Blog Eléanor - Levothyrox mon témoignage

    Une poésie criante de justesse pour les victimes qui n'ont plus de thyroïde !

  • #19

    nicole Noël (jeudi, 15 février 2018 17:09)

    les derniers essais "auraient" (je n'ai pas confirmation) été faits en Afrique du Sud....
    cherchez l'erreur....
    qui aurait une confirmation?

  • #20

    cobaye (vendredi, 16 février 2018 10:29)

    Mes réflexions sur le "test en double aveugle"

    Une personne sensée, ayant souffert des effets indésirables de la nouvelle formulation du Lévothyrox, ne peut que qualifier ce test d'opération kamikaze.

    "pour répondre aux inquiétudes des patients" on décide de faire un "test en double aveugle"

    Qui peut avoir la naïveté de penser que ce test va résoudre le scandale du Lévothyrox ?

    A moins que ce test soit réalisé dans le but de rassurer les consommateurs du nouveau lévothyrox non atteints par les effets indésirables.

    Ce test "engloberait 560 patients volontaires."
    Seront-ils véritablement volontaires ?
    Il est permis d'en douter dès lors que des patients involontaires se sont vus administrer de force, un médicament modifié.
    On peut également s'interroger sur l'adhésion des associations à cette opération
    plus que suspecte.

    Qui est capable aujourd'hui de croire à tous ces rapports biaisés et vides de solutions ?

    Et l'on revient à la question : pourquoi ne pas expertiser le fameux lévothyrox ?

    Si la majorité des gens tolèrent le nouveau Lévothyrox, on peut aussi se poser la question :
    Pourquoi les autres accumulent autant d'effets destructeurs ?
    Qualité de certains lots ?

    En résumé, aucune solution n'est apportée pour les patients malades avec ce médicament.
    + de 17000 déclarations officiellement (combien en reste t-il officieusement ?)




  • #21

    karine (vendredi, 16 février 2018 11:06)

    "L’ancienne formule du Levothyrox ne passera pas 2018"

    Bonne nouvelle !

    Dois-je en conclure que pendant deux décennies, on m'a empoisonnée avec l'ancienne formule ?

    Le nouveau Lévothyrox a été pour moi une descente aux enfers que vous le reconnaissiez ou non, messieurs les "sachants" !
    Il en résulte une perte de confiance totale et une chose dont je suis certaine,
    je ne reprendrai jamais cette formule, "innovante" à vos yeux. On en reparlera !
    Le Vioxx de Merck était tellement innovant qu'il a précipité
    des milliers de personnes dans les cimetières.
    Le mécanisme, pour introduire le nouveau Lévothyrox est similaire en tout point
    avec la méthode utilisée pour l'introduction du Vioxx.
    Les lanceurs d'alerte n'avaient pas été entendus.


    Cette crise du lévothyrox est une guerre d'usure. Ils veulent absolument nous
    tuer avec ce médicament qui n'en est pas un !




  • #22

    aline (samedi, 17 février 2018 19:07)

    "test en double aveugle"
    Je suis horrifiée par cette phrase : "les associations de patients participeront au design
    de l'étude ( vst a participé à une première réunion de travail avec le Pr Rodien le 26 janvier 2018) !
    Des personnes qui prétendent défendre les malades ? ? ?

    "Design" pincez-moi ! Dites-moi que je rêve !

  • #23

    nath (samedi, 17 février 2018 20:43)

    "test à l'aveugle" L'enfumage n'a pas de limite !

    Tous ces personnages qui s'octroient le droit de vie ou de mort sur les autres,
    je n'aurais jamais pensé vivre ça en France un jour.

    Ma santé ne regarde que moi ! Toutes ces propagandes de prévention style dépistage
    cancer du sein ou autre, c'est moi qui décide !
    Beaucoup de documentation à ce sujet !
    On m'a enlevé ma thyroïde mais aujourd'hui je comprends que je me suis faite avoir.
    (je n'avais pas de cancer ! ) Il aurait suffit de surveiller l'évolution et non pas des mesures
    aussi radicales. J'avais vu à ce sujet que les Américains ne procédaient pas de cette façon,
    mais trop tard, le mal était fait.
    Vive la France !




  • #24

    isabelle (dimanche, 18 février 2018 10:52)

    "plus de brevet et d’autorisation de mise sur le marché suite à une décision de l’Europe"

    Pendant des mois L'ANSM était pointée comme étant à l'origine de la modification
    de ce médicament.
    Aujourd'hui, nouveau rebondissement l'Europe entre dans le jeu !
    Toute cette histoire devient imbuvable .

    En faisant une rétrospective sur les articles qui datent de quelques années,
    on remarque que tout ce que nous vivons actuellement était déjà écrit !
    Nous avons été berné et aveuglé et j'ai le sentiment que l'on a profité de la
    faiblesse de certains malades pour les enrôler dans certains combats voués à l'échec
    pour les patients ! (Tout le monde n'est pas perdant bien au contraire !)

    Le bonheur des uns fait le malheur des autres !
    Ce dicton n'a pas pris aucune ride.