· 

Le Docteur Nicolas Bouvier de Reims, au journal de France 3 le 13 février 2018

Revoir l'interview à 8mn et 32 sec (si la video n'est pas disponible, cliquez sur le bouton rouge en dessous et chercher sur la page de France 3 le JT 

19/20 Champagne-Ardenne

du 13 février 2018


Le journal l'Union revient sur le refus des laboratoires de toxicologie d'analyser le médicament à la demande du Dr BOUVIER

Le Dr Bouvier, médecin rémois, évoquait récemment dans L’union sa quête pour obtenir la vérité dans le dossier du Levothyrox. Il est à ce jour le seul généraliste à avoir porté plainte contre X pour « tromperie aggravée ». Il a aussi demandé à ce que soit analysée la molécule, notamment au laboratoire du CHU de Reims. Une demande qui a essuyé un refus a indiqué le Dr Bouvier, une décision qu’il ne s’explique pas. « C’est la première fois de ma vie qu’on me refuse une analyse », avait-il précisé.

«On a orienté le demandeur vers des laboratoires habilités»

Du côté du CHU de Reims cependant, on explique que le laboratoire de pharmacologie-toxicologie du centre hospitalier universitaire de Reims n’a pas refusé, sans motif, de réaliser les analyses demandées par le Dr Nicolas Bouvier. « Disposant d’une méthode de dosage pour le Fentanyl mais pas pour ses métabolites, le laboratoire n’est pas en mesure de faire les recherches ou dosages nécessaires », assure-t-on au niveau du CHU. « Dans ce contexte, les professionnels du laboratoire du CHU ont orienté le demandeur vers des laboratoires habilités pour ces dosages. Il lui a également été indiqué que toute demande d’analyse intervenant dans le cadre d’une plainte devait respecter les formes et procédures judiciaires en vigueur », poursuit l’établissement hospitalier.