· 

Coup de gueule

Cela fera bientôt un an que le nouveau Lévothyrox a remplacé la formule au lactose que plus de 3 millions de français prenaient depuis près de 30 ans sans problème !

 

Depuis, il y a eu toute l'histoire que vous connaissez trop bien. 

 

Depuis quelques semaines, les alternatives au médicament de Merck arrivent. Lentement, mais le monopole semble compromis définitivement.

 

Il semblerait que tout d'un coup, obtenir une AMM ne soit pas si compliqué et long qu'on a bien voulu nous le faire entendre. 

 

  • Le Thyrofix est là
  • Le L-Thyroxine Henning est là aussi

 

Et pourtant, même en ayant changé de traitement, beaucoup d'entres nous sont encore perturbé(e)s dans leurs analyses sanguines, notamment sur les bilans hépatiques et rénaux. Pourquoi ? Nous aimerions bien le comprendre. 

 

Depuis le week-end dernier, les associations de malades annoncent que le Tirosint Caps est sur le point d'être disponible en pharmacie. Il a donc eu son AMM.

 

Reste que le prix de Tirosint Caps n'a absolument rien à voir avec celui de Levothyrox, L-Thyroxine Henning ou Thyrofix... 

 

THYROFIX est remboursable par l'Assurance maladie au taux de 65 % 

(Journal officiel du 24 novembre 2017). Son prix public  s'échelonne

de 0,65 € (30 comprimés à 25 µg) à 4,93 € (100 comprimés à 100 µg) selon les présentations.

 

 

L-THYROXIN HENNING  est remboursable par l'Assurance maladie,

à 65 % .  Son prix public s'échelonne de 2.56 € à 12.69 € pour des traitements

de 100 comprimés, soit 3 mois. 

 

Or, le Tirosint Caps va être mis à disposition dans les pharmacies, mais dans un 1er temps, il ne sera pas remboursé. 

En effet, il faut savoir que

 Tirosint Caps, le prix est identique quel que soit le dosage donc 22,50 € la boîte

de 100 caps sauf pour le dosage 13 µg (qui permet les ajustements) qui

est à un prix presque moitié moins cher à 12 € pour 100 caps aussi.

 

Il  va donc vous en coûter la somme de 22.50 € minimum par trimestre, non remboursée, pour ceux qui pourront s'"OFFRIR" ce médicament de survie.

Or, il se trouve que ce sont les femmes qui sont le plus touchées par les maladies de la thyroïde. Il se trouve également que ce sont les femmes qui sont le plus touchées par la précarité.

Les personnes en situation de précarité qui reportent déjà des soins ou y renoncent ne pourront pas se payer ce médicament, donc :

 

OU EST LE DROIT A L'EGALITE DES SOINS ?

 

 

Au nom de l'égalité des soins, nous demandons à Marlène SCHIAPPA, Secrétaire d'état chargée de l'égalité Homme/Femme, d'intervenir dans ce dossier

 

Lire le rapport de la HCE sur le site (juillet 2017)

 

Le coup de gueule de l'équipe VNLO