· 

Labos et médecins, l’obscure transparence

les laboratoires pharmaceutiques arrosent tous les médecins, toutes spécialités confondues, à travers tout le pays. Pas d’exception, l’influence quasi systématique est devenue une règle de fonctionnement. C’est en substance ce que l’on peut retenir en se plongeant dans les arcanes de la base Transparence santé, que nous évoquions lors de l’épisode précédent à propos de l’affaire du Levothyrox (lire l’épisode 9, « Levothyrox : la bonne vieille formule de l’influence des labos »). Cette vaste base de données, mise en place après le scandale du Mediator, vise à mettre en lumière les « relations d’intérêts » entre labos et professionnels de santé. Elle répertorie donc les sommes d’argent versées aux médecins, infirmiers, mais aussi étudiants ou encore sociétés savantes à partir de 2012. Il reste cependant difficile de prendre la mesure de ce saupoudrage massif. Car les pouvoirs publics, qui ont organisé cette entreprise de transparence, ne sont pas allés jusqu’au bout. Ils n’ont pas obligé les laboratoires à tout déclarer. Et les industriels ont sciemment traîné des pieds.

 

"Les laboratoires délivrent une information de qualité médiocre mais il n’existe pas vraiment de sanction, rien de dissuasif."

Anne Chailleu, présidente du Formindep

"On voit des laboratoires signer des contrats avec des médecins via des sociétés tierces. Et le nombre de personnes morales percevant des avantages augmente : les médecins créent des associations qui les enregistrent à leur place."

Tangui Morlier, de Regards Citoyens