· 

Arrêts maladie en augmentation et Lévothyrox

L’augmentation de 5% des arrêts maladie en 2017 en France est à mettre en corrélation à mon sens avec l’imposition de la nouvelle formule du Lévothyrox au mois d’Avril. Ce changement a été effectué par le laboratoire Merck avec l’accord de l’Agence Nationale de Sécurité du Médicament.

 

Environ 3 millions de patients dans notre pays sont traitées pour des pathologies de la thyroïde. Il apparaît dorénavant que près d’1 million de personnes ne prennent plus de Lévothyrox NF car ce médicament leur a causé des effets secondaires invalidants: douleurs musculaires, pertes de cheveux, diarrhées, vertiges, céphalées, insomnies, asthénie, troubles de la vue, perturbation du rythme cardiaque, déchaussements dentaires…beaucoup parmi eux ont été mis en arrêt maladie car incapables de travailler.

 

Durant les mois de Juillet et Août, les congés payés ont permis à certains de se reposer sans récupérer leur santé pour autant. Heureusement qu’en cours d’été le changement de formule du Lévothyrox a été pointé du doigt par des malades et l’alerte a été donnée dans les médias. De nombreuses personnes se sont procurées l’ancienne formule à l’étranger à leurs frais (Euthyrox ou Eutirox en Europe, Lévothyrox AF en Afrique du Nord).Certaines se sont tournées vers des médicaments alternatifs (L-Thyroxin ou Thyrofix) apparus en France en cours d’Automne.

 

Des actifs ont pu reprendre le travail malgré une fatigue persistante et une période de stabilisation de la fonction thyroïdienne nécessaire à chaque changement de traitement. Pour les femmes enceintes, pour les malades cancéreux, pour les déficients cardiaques, la situation est beaucoup plus préoccupante.

 

L’impact sur le nombre d’arrêts maladie aurait été plus important si beaucoup de malades n’avaient pas été des retraités. Des salariés ont perdu leur emploi, des travailleurs indépendants n’ont pas pu poursuivre leur activité.

 

Dans cette affaire de santé publique, le silence de la Présidence est signe de décadence pour notre pays.