· 

Merck table sur 500 000 patients ayant renoncé au Levothyrox

Le combat de malades de la thyroïde contre le médicament Levothyrox produit par le laboratoire Merck se poursuit en Nord-Isère. La semaine dernière, l’association Alerte Thyroïde organisait une réunion publique à Vienne. Son but : obtenir le retour de l’ancienne formule du médicament.

Mais du côté de Merck, ça n’est pas du tout à l’ordre du jour. Valérie Leto, pharmacienne pour le laboratoire, a répondu à nos questions.

Les associations de malades évoquent 14 décès qui seraient liés au Levothyrox. Que répondez-vous ?

Selon les données officielles du rapport de pharmacovigilance, établi par les autorités de santé, aucun lien ne peut être établi entre le décès de ces patients et leur prise de Levothyrox. Ce n’est pas Merck qui le dit, mais les autorités sanitaires.

Comment expliquez-vous cependant tous les effets indésirables du Levothyrox, parfois très handicapants, dénoncés par des malades ?

Nous sommes sur des pathologies pour lesquelles les patients cherchent un équilibre, qui est parfois très difficile à atteindre. On est sur des dosages au microgramme. Pour certaines populations à risque, qui ont déjà eu des difficultés à trouver l’équilibre avec l’ancienne formule du médicament, il y a des effets indésirables, qui sont tous des signes d’hyper ou d’hypothyroïdie. On a eu plus de personnes qui ont fait état d’effets indésirables avec le Levothyrox. Mais tous ces signes sont les mêmes que pour l’ancienne formule.

Selon les associations, un million de personnes ont cessé de prendre du Levothyrox. Confirmez-vous ce chiffre ?

Ces associations se basent sur le nombre de boîtes vendues publiées sur le site de l‘Assurance maladie Ameli. Or une boîte vendue ne veut pas dire un patient. Certains patients achètent plusieurs boîtes avec des dosages différents. Les associations ajoutent également des données correspondant à des achats de boîtes à l’étranger sans que la façon dont ces chiffres sont obtenus soit clairement expliquée.

Selon Merck, combien de patients ont renoncé au Levothyrox ?

L’Agence nationale de sécurité du médicament a établi ses propres comptes et arrive à 500 000 patients. Ce chiffre nous paraît cohérent au regard des boîtes de Levothyrox vendues.

La nouvelle formule du Levothyrox est-elle remise en cause aujourd’hui au sein de votre laboratoire ?

Pas du tout. Le Levothyrox correspond à une optimisation de l’ancienne formule, avec des doses de principe actif plus stables et on continuera de le produire.

Jusqu’à quand Merck va-t-il continuer de délivrer l’ancienne formule en France ?

À la demande du ministère, nous avons importé en octobre l’Euthyrox, fabriqué en Allemagne et correspondant en tout point à l’ancienne formule. Nous continuerons d’en importer en 2018, tant que des patients ne se seront pas orientés vers d’autres médicaments. À présent, d’autres laboratoires proposent des alternatives au Levothyrox. Les patients ont donc de nouveau le choix et l’objectif est d’arrêter d’importer l’ancienne formule fin 2018.


Écrire commentaire

Commentaires: 1
  • #1

    Borel Marie ange (mercredi, 21 mars 2018 20:23)

    Moi j ai eut l ancienne formule de levothyrox tout allée bien dosé à 100 des la nouvelle formule j ai étais beaucoup malade et j ai changé pour euthyrox allemand 100et j ai retrouve ma vie ou je l avais laissé il y a 1 ans