· 

Cat aussi a dû endurer les Effets Secondaires du Nouveau Levothyrox

Voici mon témoignage concernant mon expérience avec la nouvelle formule du Lévothyrox, témoignage très semblable à tant d’autres...

 

J’ai commencé la nouvelle formule en juillet dernier, étant atteinte d’une thyroïdite de Hashimoto, et comme tout le monde je me suis vue remettre une boite qui avait un peu changé d’apparence et puis c’est tout, aucun mot de mon pharmacien me prévenant d’autre chose.

 

Les premiers effets secondaires sont vite apparus, mais ne m’ont pas interpellée plus que cela, l’été étant très chaud, les insomnies sont fréquentes, les maux de têtes pouvant survenir, même si là vraiment tenaces, et au quotidien… une barre frontale en continu comme un joug. Je recevais de la famille chez moi, et donc petit regain d’activité pour que tout le monde se sente au mieux, malgré la fatigue qui altérait de plus en plus mes projets.

 

Ma  tension s’est mise à faire des écarts, malgré mon béta-bloquant, comme mon pouls lancé à 120, « un peu » exagérément quand même.

 

Enfin des douleurs lancinantes dans les épaules, les poignets, des crampes, et puis des démangeaisons, qui me faisaient penser à une allergie…  Jamais je n’avais été comme ça, alors que cet été n’avait rien d’exceptionnel non plus, justifiant pareil état lamentable…

 

Et puis vint septembre, le témoignage d’Annie Duperey, et des articles dans les médias commençant à parler de problèmes liés au nouveau Lévothyrox… une étrange similitude dans les faits, les récits de gens parlant de leurs symptômes… comme le mépris aussi des experts à notre encontre, qui nous abattait encore un peu plus, avec leur effet nocebo en guise de porte claquée au nez de notre souffrance. Tels furent les effets tertiaires que le Lévothyrox nous infligeait encore …

 

J’ai dans mon entourage des personnes qui prennent aussi ce médicament, 8 en tout, et seule une n’a pas eu de problèmes avec la nouvelle formule. Parmi les 7 restantes, 6, dont moi, sommes partis en Espagne, de notre propre chef, pour avoir de l’Eutirox. L’amie de région parisienne a changé elle pour la L thyroxine Henning, mais qui ne lui convient pas vraiment. Et en l’espace de quelques jours, pour tous ceux ayant switché, tous les symptômes ont disparu, ceci éveillant d’ailleurs encore une fois l’incrédulité de certains, vu la rapidité de ce changement….

 

Depuis je suis toujours sous Eutirox, tant que mon stock me le permet, et tout va à nouveau comme avant. Ensuite je pense m’orienter vers le Tcaps, même si mon endocrinologue, consulté tout récemment, ne connaissant pas encore ce médicament  (maintenant qu’il est inscrit dans le Vidal, les médecins s’y intéresseront ils) a préféré m’orienter vers la L Thyroxine Henning de Sanofi, qui satisfait ses patients m’a t’il dit-il. Mais il est ouvert, et acceptera dans le futur de me prescrire cette nouvelle alternative si je le souhaite.

 

Et quel soulagement d’avoir le choix maintenant!  et ce grâce aux pétitions, lettres adressées en hauts lieux, et actions surtout des différents collectifs et notamment celui de Sylvie Chéreau et son équipe à la détermination sans faille. 

 

Merci de tout cœur déjà de cette avancée primordiale pour notre santé…

 

Que serions-nous tous sinon, laissés pour compte face à ce seul Lévothyrox régnant en maître sur nos thyroïdes, ainsi que face à l’incompréhension, et désintérêt généraux…

 

 

Cat PeLava, membre du VNLO


Écrire commentaire

Commentaires: 0