· 

Toulouse, Merck Assigné en Justice - Levothyrox

STOP ! ça suffit !

Ça fait des semaines que les malades de la thyroîde obligés de prendre du Nouveau Levothyrox se font balader par les Autorités de Santé !

Nous attendons toujours les réponses à notre question à Madame la Ministre de la Santé que vous pouvez relire ici. 

Me Levy, Avocat au Barreau de Toulouse, assigne le Laboratoire Merck en Justice !

 

Article dans la Dépêche du Midi paru aujourd'hui

Pour les victimes haut-garonnaises du Levothyrox, ce n'est que le premier acte d'une procédure judiciaire qui promet d'être longue. En début de semaine prochaine, Me Jacques Lévy assignera en référé les laboratoires Merck afin de les contraindre, sous astreinte, à remettre à la disposition de tous les malades de la thyroïde des boîtes de Levothyrox première génération. L'avocat toulousain interviendra au nom de soixante à quatre-vingt malades du département victimes des effets secondaires du nouveau Levothyrox commercialisé depuis mars.

 

Cette procédure imposée par l'urgence de la situation sera suivie d'une seconde action en justice visant à obtenir l'indemnisation des victimes.

 

Mais pour le moment, en dépit de l'annonce, le 2 octobre par le ministère de la santé du retour du Levothyrox première formule dans les officines, la situation des malades reste quasi inextricable. «Car sur les 130 000 boîtes annoncées, seulement 65 000 ont été mises en circulation» constate Sylvie Chereau, la fondatrice du Collectif des victimes du nouveau Levothyrox en Occitanie (VNLO). Commercialisé sous le nom d'Euthyrox, le médicament promis n'est pour le moment qu'une promesse sans fondement. «Au lendemain de l'annonce du 2 octobre les pharmaciens en ont reçu une boîte pour chacun des huit dosages, et depuis ils ne parviennent plus à s'approvisionner», explique-t-on à l'ordre des pharmaciens de Midi Pyrénées. «Nous en commandons tous les jours, mais le médicament est à chaque fois signalé comme manquant», confirme une pharmacienne du centre-ville. En désespoir de cause les pharmaciens «bricolent» avec plusieurs comprimés pour reconstituer les dosages prescrits par les médecins. D'autres envoient carrément leurs patients s'approvisionner en Espagne où l'ancienne formule du Levothyrox est toujours disponible. «Malheureusement je suis allée à Saint Sébastien samedi et une pharmacie a refusé de m'en délivrer», déplore Sylvie Chereau. Un petit espoir tout de même : la fédération des Syndicats Pharmaceutiques de France (FSPF), a annoncé à ses adhérents l'arrivée dans les officines du L-Thyroxin, un médicament alternatif aux Levothyrox à partir du 16 octobre. «Mais le 17 j'en ai reçu deux boîtes sur les huit que j'avais commandées», ironise un pharmacien.

Lire l'article sur la Dépêche 


Écrire commentaire

Commentaires: 3
  • #1

    JACQUOT Geneviève (jeudi, 19 octobre 2017 11:10)

    Bonjour, je n'arrive pas à me procurer le nouveau médicament prescrit par mon endocrino il y a 8 jours, le L.Thyroxine Sanofi. Les pharmacies l'attendent.
    Je voudrais porter plainte avec vous, et je ne sais pas comment faire, ni à combien se montera la dépense en justice.
    Puis-je d'autre part aller à la gendarmerie porter plainte pour non-assistance à personne en danger ?

  • #2

    Bravo (jeudi, 19 octobre 2017 17:11)

    Trop d'effet secondaire depuis la prise du nouveau livothyros nausées degouts douleurs musculaires maux de tête insomnies grosses fatigues crampes dans les molets démangeaisons brûlures d'estomac
    Rendez nous notre ancien livothyros

  • #3

    Dominique (jeudi, 19 octobre 2017 18:21)

    Genevieve, vous êtes sur un site internet où vous trouverez des réponses à toutes vos questions en allant tout en haut chercher les onglets ;)