· 

Lettre ouverte à Maître Lèguevaques

C’est avec étonnement que j’ai pris connaissance de votre email dans lequel vous me dites :

« Il revient à mes oreilles que vous continuez à colporter des informations mensongères.
Je n’ai jamais dit ou écrit que j’étais mandaté par votre collectif ou par Mme Sylvie CHEREAU que je ne connais pas.
Vous pensez peut-être avoir un monopole de représentation mais les malades sont libres du choix de leurs avocats.
Merci de ne plus me faire perdre du temps, j’ai suffisamment de travail avec les 6000 participants inscrits sur toute la France.

Je regrette que vous vous concentriez sur ma petite personne alors que notre ennemi c’est MERCK et l’ANSM. C’est en tous cas mon point de vue. Tout ce qui divise les malades sert les intérêts adverses, je ne veux pas croire que vous soyez dans une telle démarche »

A cet email, je pense pouvoir vous répondre simplement, en toute humilité :

 

Cher Maître,

Je ne vous cacherai pas que votre email m’a désappointée.

 

Ce qui revient à « vos oreilles » correspond probablement à des interprétations de malades sur les réseaux sociaux, et, vous en conviendrez, il est impossible de maîtriser  tout ce qui se répand sur la toile et de séparer le bon grain de l'ivraie.

 

Je n’ai jamais prétendu que vous étiez mandaté par notre Collectif. Cela aurait été une indélicatesse de ma part vis-à-vis de Me Jacques Levy que nous avons choisi pour nous défendre devant Merck dans l’affaire Levothyrox. D’autant que je connais Maitre Levy à titre personnel.

 

Il est hors de question de prétendre que notre Collectif aurait le monopole de représentation des malades, et d’ailleurs, à ce titre, nous avons dans notre Collectif, des malades qui ont choisi de faire confiance à des défenseurs du droit différents dont : mySMARTcab, mais aussi Me Bertella Geffroy, avocate de l'AFMT, ou en Me Colin Chauley… pour la partie pénale et qui nous ont suivi dans l'action d'"Assignation Heure à Heure" initiée par Maître Levy, dont l'audience s'est déroulée au TGI de Toulouse le mercredi 8 novembre 2017.

 

Je vous rappelle que depuis le début, l’objectif de VNLO est de pouvoir obtenir le choix entre les 2 Levothyrox, avec ou sans Lactose, afin de donner le choix aux malades.

Nous n’avons pas dans l’immédiat d’autres objectifs.

 

Je vous rassure sur un point, je n’ai absolument pas le temps -tout comme vous- de me concentrer sur votre « petite personne ». Je suis moi-même malade, travailleuse indépendante, maman de 4 enfants et en charge d’un Collectif de 2500 personnes, ce qui est une charge suffisament lourde pour que je ne me fourvoie pas dans la guerre des « défenseurs du droit »

Notre objectif devrait être commun. Je regrette que vous n’ayiez pas compris que pour le Collectif VNLO c’est l’intérêt des malades qui est notre priorité. Le premier des avocats qui obtiendra une issue positive permettra l’ouverture de droits pour tous en permettant une situation de jurisprudence.  Il est donc de notre intérêt à tous d’œuvrer dans ce sens.

 

Quoi qu’il en soit… je vous rappelle également que je ne suis pas responsable de ce que les internautes colportent sur la toile, en bon ou en mauvais. Mais je sais qu’il faut relativiser, car malheureusement, les réseaux sociaux sont souvent une ouverture aux langages toxiques.  J’ai pu le constater en découvrant Facebook depuis début septembre. Il faut faire avec et prendre un peu de distance.

Je vous/nous souhaite de réussir dans notre bataille contre MERCK et l’ANSM, quelle que soit la méthode choisie, et ce pour le bénéfice des malades qui n’en peuvent plus.

Avec mes très respectueuses salutations.

 

Sylvie Chéreau

 

VNLO