· 

Lettre du Dr Pleimelding adressée à son confrère JP Door...

Voici le courrier que je viens d'adresser au député rapporteur Jean Pierre DOOR à la suite de la parution de son rapport sur la crise du nouveau LEVOTHYROX :

 

 

Monsieur le Député,

Mon cher confrère,

J’ai lu dans son intégralité votre rapport concernant la crise du nouveau Levothyrox.

Je voudrais vous faire part de ma profonde déception quant à vos conclusions.

En effet, hormis un bavardage inutile sur l’historique du traitement substitutif de la dysthyroïdie et le couplet grandiloquent sur le docte avis de nos édiles médicales qui n’apportent rien que des évidences, il manque à votre démonstration deux qualités essentielles qui font l’honneur de notre profession de médecin : le respect du patient et un soupçon de sens critique.

Vous dîtes avoir rencontré des représentants d’associations de patients mais vous méprisez totalement ce qu’ils vous ont probablement dit. Ce n’est pas la médiatisation du mois d’Aout qui a créé des effets secondaires mais bel et bien l’apparition dès le mois de Mai d’une foultitude de patients atteints de symptômes dont ils ne connaissaient pas la cause qui a fait bouger les réseaux sociaux au point que la presse s’est emparée du sujet quelques mois plus tard.

Pensez-vous vraiment que des femmes d’un certain âge qui constituent la grande majorité de ces patients n’aient d’autres choses à faire que de surveiller les réseaux sociaux pour savoir si elles sont malades ? Des dizaines de milliers de signalements d’effets indésirables sont en cours d’analyse, des dizaines de milliers de patients se fournissent l’ancienne formule de Levothyrox à l’étranger, en Allemagne, en Espagne, en Italie, au Portugal, en Andorre , en Belgique , etc… ,des dizaines de milliers portent plainte au pénal comme au civil et pendant ce temps … vous méprisez tous ces gens, vous ne leur accordez aucune attention, vous les abandonnez dans leur souffrance au point que certains sont au bord du suicide !

Vous participez au déni collectif de nos autorités de santé qui consiste à rejeter la faute sur des patients trop crédules et trop influençables alors qu’ils souffrent profondément.

Je vous demande de lire quelques témoignages poignants sur le site de l’AFMT 

https://www.facebook.com/groups/1792322227725018/

Ou de prendre connaissance de ce courrier courageux d’une confrère endocrinologue

https://blogs.mediapart.fr/.../levothyrox-ou-thyvolerox...

Surtout, je vous exhorte à avoir de la compassion pour tous ces patients qui souffrent en essayant de les comprendre et de les soulager dans leur détresse.

Pour ce qui concerne le soupçon de sens critique, vous prenez par contre comme parole irréfutable les déclarations des responsables du Laboratoire MERCK qui fera bien entendu tout pour minimiser sa responsabilité. Ne trouvez vous pas quelques défauts à leur communication et ne pensez vous pas qu’il existe une faute réelle et constante d’information des patients au moment du changement de formulation au mois de Mars 2017 qui s’est fait en catimini ?

Vous reprenez par ailleurs les conclusions de l’ANSM sur les premiers dossiers analysés de signalements d’effets indésirables .Cet organisme cherche par tous les moyens à sauver sa peau après tous les scandales qui émaillent son activité pour le moins brouillonne et contestable.

Votre sens critique aurait dû vous conduire à la plus grande prudence quant à la lecture des conclusions qui ne sont pas aussi tranchées que vous semblez le croire et l’affirmer .Certains effets secondaires sont encore inexpliqués à ce jour, des symptômes d’hyper et d’hypo thyroïdie apparaissent de façon concomitante et inattendue, des milliers de dossiers n’ont pas été traités et sont en souffrance dans des centres totalement débordés par l’importance du scandale.

Pendant toutes mes études de médecine, mes maîtres n’avaient de cesse que de nous inculquer cette devise : doutez toujours des évidences 

Votre rapport ne fait que reprendre les évidences derrière se cachent nos autorités de santé avec le plus grand mépris pour des patients qui souffrent et que ce rapport renvoie au rang de malades imaginaires influencés par les réseaux sociaux et les média.

Je souhaite simplement qu’au moment où cette affaire trouvera son épilogue et que les choses seront tirées au clair (car ce moment arrivera comme dans tous les scandales antérieurs, de l’amiante à la Dépakine, du Médiator à Essure etc…) à ce moment là vous viendrez présenter vos excuses à tous ces patients ignorés et laissés pour compte.

 

Confraternellement 

 

Docteur Jean-François PLEIMELDING

Médecin retraité de la Médecine Générale et de l’Industrie Pharmaceutique